affiche détail affiche détail affiche détail affiche détail affiche détail affiche Édito

Vos Oreilles Ont La Parole, festival des arts du récit et de l’oralité

La parole, l’écoute, la transmission orale sont des notions immatérielles, complexes à traduire en une image.
Si le livre n’est pas étranger à l’univers du conte, le représenter aurait fait basculer l’affiche dans un contre-sens tel qu’un «Salon du livre». De même, les clichés bien connus, lutins, sorcières, dragons qui peuplent les contes auraient données une connotation jeune public au visuel non désirée par les commanditaires.

2010 Orientée dans le sens contraire du sens de lecture, une semeuse jette ses mots et ses lettres au vent, exprimant la fugacité de la parole. Le travail sur sa coiffe a transformé ce qui était initialement un attribut esthétique en « antenne » - à la croisée des œuvres de Klimt et d’un casque de viking - connectée sur... l’imaginaire ?

2011 L'imaginaire de la 1re édition est ici décliné... tout en douceur.

2012 Cette édition propose au lecteur, en deuxième lecture, un jeu de lettres et de mots. Le personnage coupe un brin de fleur, transformant le mot « moralité » (celle de l’histoire...) en « oralité » (cœur du sujet du festival). Que s’est-il passé sur les fleurs déjà coupées ? Que deviendra la dernière ? À vous de jouer !

2013 Une image de rituel magique mélangeant le feu et la pierre qui, à coup sûr, attirera la bienveillance des esprits du festival (...).

2014 À la demande générale, une présence masculine vient compléter cette série.

2015 Dynamisme et témérité, deux mots d'ordre pour le festival.

© polo graphiste et A. Gessat, photo C. Creutz

Vos Oreilles Ont La Parole, festival des arts du récit et de l’oralité

La parole, l’écoute, la transmission orale sont des notions immatérielles, complexes à traduire en une image.
Si le livre n’est pas étranger à l’univers du conte, le représenter aurait fait basculer l’affiche dans un contre-sens tel qu’un «Salon du livre». De même, les clichés bien connus, lutins, sorcières, dragons qui peuplent les contes auraient données une connotation jeune public au visuel non désirée par les commanditaires.

2010 Orientée dans le sens contraire du sens de lecture, une semeuse jette ses mots et ses lettres au vent, exprimant la fugacité de la parole. Le travail sur sa coiffe a transformé ce qui était initialement un attribut esthétique en « antenne » - à la croisée des œuvres de Klimt et d’un casque de viking - connectée sur... l’imaginaire ?

2011 L'imaginaire de la 1re édition est ici décliné... tout en douceur.

2012 Cette édition propose au lecteur, en deuxième lecture, un jeu de lettres et de mots. Le personnage coupe un brin de fleur, transformant le mot « moralité » (celle de l’histoire...) en « oralité » (cœur du sujet du festival). Que s’est-il passé sur les fleurs déjà coupées ? Que deviendra la dernière ? À vous de jouer !

2013 Une image de rituel magique mélangeant le feu et la pierre qui, à coup sûr, attirera la bienveillance des esprits du festival (...).

2014 À la demande générale, une présence masculine vient compléter cette série.

2015 Dynamisme et témérité, deux mots d'ordre pour le festival.

© polo graphiste et A. Gessat, photo C. Creutz